header banner
Default

Paludisme


Principaux faits

VIDEO: Sanofi – Paludisme - Episode 8 - Comment soigner le paludisme
Sanofi
  • En 2021, près de la moitié de la population mondiale était exposée au risque de paludisme.
  • En 2021, on estimait à 247 millions le nombre de cas de paludisme dans le monde.
  • Le nombre estimé de décès imputables au paludisme s’est élevé à 619 000 en 2021.
  • La Région africaine de l’OMS supporte une part importante et disproportionnée de la charge mondiale du paludisme. En 2021, 95 % des cas de paludisme et 96 % des décès dus à la maladie ont été enregistrés dans cette Région. Les enfants de moins de 5 ans représentaient 80 % environ des décès dus au paludisme dans la Région.


Vue d’ensemble

VIDEO: Grandes tueuses : Le paludisme
Inserm

Le paludisme est une maladie potentiellement mortelle qui est transmise à l’être humain par les piqûres de certains types de moustiques. On le trouve principalement dans les pays tropicaux. Il s’agit d’une maladie évitable et dont on peut guérir.

La maladie est causée par un parasite et ne peut pas se transmettre d'une personne à l'autre.

Les symptômes peuvent être bénins ou engager le pronostic vital. Les symptômes bénins sont la fièvre, les frissons et les maux de tête. Les symptômes graves sont la fatigue, la confusion, les convulsions et des difficultés respiratoires

Les nourrissons, les enfants de moins de 5 ans, les femmes enceintes, les voyageurs et les personnes vivant avec le VIH ou le sida courent un risque plus élevé d’infection grave.

Il est possible de prévenir le paludisme en évitant les piqûres de moustiques et en prenant des médicaments. Les traitements peuvent empêcher les cas bénins de s’aggraver.

Le paludisme se propage à l’être humain essentiellement par la piqûre de certains anophèles femelles infectés. Le paludisme peut également se transmettre par transfusion sanguine et par des aiguilles contaminées. Les premiers symptômes peuvent être bénins, semblables à de nombreuses maladies fébriles, et difficiles à reconnaître. En l’absence d’un traitement, le paludisme à P. falciparum peut évoluer vers une affection grave voire mortelle dans les 24 heures.

Il existe 5 espèces de plasmodies responsables du paludisme humain, dont deux sont particulièrement dangereuses : P. falciparum et P. vivax. P. falciparum est le parasite provoquant le plus de décès et c’est aussi le plus répandu sur le continent africain. P. vivax est l’espèce dominante dans la plupart des pays en dehors de l’Afrique subsaharienne. Les autres espèces qui peuvent infecter l’homme sont P. malariae, P. ovale et P. knowlesi.

Symptômes

VIDEO: OMS: Principaux repères sur le paludisme (mise à jour)
World Health Organization (WHO)

Les premiers symptômes les plus courants du paludisme sont la fièvre, les maux de tête et les frissons.

Les symptômes commencent généralement dans les 10 à 15 jours suivant la piqûre d’un moustique infecté.

Les symptômes peuvent être bénins pour certaines personnes, en particulier pour celles qui ont déjà eu une infection palustre. Étant donné que certains symptômes du paludisme ne sont pas spécifiques, il est important de se faire tester rapidement.

Certains types de paludisme peuvent causer une maladie grave et la mort. Les nourrissons, les enfants de moins de 5 ans, les femmes enceintes, les voyageurs et les personnes vivant avec le VIH ou le sida courent un risque plus élevé. Les symptômes graves comprennent :

  • une fatigue extrême et un épuisement ;
  • des troubles de la conscience ;
  • des convulsions répétées ;
  • des difficultés respiratoires ;
  • des urines foncées ou du sang dans les urines ;
  • un ictère (coloration jaune des yeux et de la peau) ;
  • des saignements anormaux.

Les personnes présentant des symptômes graves doivent être prises en charge immédiatement. Un traitement précoce en cas de paludisme léger peut empêcher l’infection de s’aggraver.

Une infestation palustre pendant la grossesse peut en outre provoquer un accouchement prématuré ou une insuffisance pondérale à la naissance.

Charge de la maladie

VIDEO: Malaria - Docteur Synapse
Dr Synapse

Selon le dernier Rapport sur le paludisme dans le monde (en anglais), on comptait 247 millions de cas de paludisme en 2021 contre 245 millions en 2020. Le nombre estimé de décès imputables au paludisme s’est élevé à 619 000 en 2021 contre 625 000 en 2020.

Au plus fort de la pandémie (en 2020 et en 2021), les perturbations liées à la COVID-19 ont entraîné environ 13 millions de cas de paludisme supplémentaires et 63 000 décès de plus dus au paludisme. La Région africaine de l’OMS continue de supporter une part importante et disproportionnée de la charge mondiale du paludisme. En 2021, 95 % des cas de paludisme et 96 % des décès dus à la maladie ont été enregistrés dans cette Région. Les enfants de moins de 5 ans représentaient 80 % de l’ensemble des décès dus au paludisme dans la Région.

Un peu plus de la moitié de tous les décès palustres dans le monde étaient enregistrés dans quatre pays africains : le Nigéria (31,3 %), la République démocratique du Congo (12,6 %), la République-Unie de Tanzanie (4,1 %) et le Niger (3,9 %).

Prévention

VIDEO: Microscopie du paludisme - Un guide par étape
MCD Global Health

Il est possible de prévenir le paludisme en évitant les piqûres de moustiques et en prenant des médicaments. Consultez un médecin pour savoir si vous pouvez prendre des médicaments à titre de chimioprophylaxie avant de vous rendre dans des régions où le paludisme est fréquent.

Limitez le risque de contracter le paludisme en évitant les piqûres de moustiques : 

  • Utilisez des moustiquaires lorsque vous dormez dans des endroits où le paludisme est présent ;
  • Utilisez des répulsifs contre les moustiques (contenant du DEET, de l’IR3535 ou de l’icaridine) après le crépuscule ;
  • Utilisez des spirales antimoustiques ou des vaporisateurs ;
  • Portez des vêtements protecteurs ;
  • Placez des écrans anti-insectes sur les fenêtres.

Lutte contre les vecteurs

La lutte antivectorielle est une composante essentielle des stratégies visant à combattre et éliminer le paludisme, car elle s’avère extrêmement efficace pour prévenir l’infection et réduire la transmission. Les deux interventions principales sont l’utilisation de moustiquaires imprégnées d’insecticide et la pulvérisation intradomiciliaire à effet rémanent.

Les progrès dans la lutte mondiale contre la maladie sont pourtant menacés par l’émergence d’une résistance de l’anophèle aux insecticides. Comme l’indique la dernière édition du Rapport sur le paludisme dans le monde (en anglais), parmi les autres menaces qui pèsent sur les moustiquaires imprégnées d’insecticide, on compte notamment un accès insuffisant, la mise au rebut de moustiquaires plus rapidement qu’elles ne peuvent être remplacées en raison des pressions de la vie quotidienne et l’évolution du comportement des moustiques qui, semble-t-il, piquent plus tôt dans la journée, avant que les gens ne se mettent au lit, et se reposent à l’extérieur, échappant ainsi à l’exposition aux insecticides.

Chimioprophylaxie

Les voyageurs se rendant dans des zones d’endémie du paludisme doivent consulter leur médecin plusieurs semaines avant leur départ. Le professionnel de la santé déterminera quels médicaments de chimioprophylaxie sont appropriés pour le pays de destination. Dans certains cas, la prise de médicaments de chimioprophylaxie doit commencer 2 à 3 semaines avant le départ. Tous les médicaments prophylactiques doivent être pris en temps voulu pendant toute la durée du séjour dans la zone à risque et leur prise doit être poursuivie pendant quatre semaines après la dernière exposition possible à l’infection, car les parasites peuvent encore apparaître à partir du foie au cours de cette période.

Chimioprévention

La chimiothérapie préventive est l’utilisation de médicaments ou d’associations médicamenteuses visant à prévenir l’infection palustre et ses conséquences. Il s’agit d’administrer un traitement complet d’un médicament antipaludique aux populations vulnérables des moments précis de la période où le risque de paludisme est le plus élevé, que le bénéficiaire soit ou non infecté par le paludisme.

La chimiothérapie préventive comprend la chimioprévention du paludisme pérenne, la chimioprévention du paludisme saisonnier, le traitement préventif intermittent des femmes enceintes et des enfants d’âge scolaire, la chimioprévention du paludisme après la sortie de l’hôpital et l’administration de masse de médicaments. Ces stratégies sûres et économiques visent à compléter les activités de lutte antipaludique en cours, y compris les mesures de lutte antivectorielle, le diagnostic rapide des cas suspects et le traitement des cas confirmés au moyen d’antipaludiques.

Vaccin

Depuis octobre 2021, l’OMS recommande aussi une large utilisation du vaccin antipaludique RTS,S/AS01 chez l’enfant dans les zones à transmission modérée à forte du paludisme à P. falciparum. Il est démontré que le vaccin réduit considérablement la morbidité et la mortalité palustres chez le jeune enfant.

Questions-réponses sur le vaccin antipaludique RTS,S

Traitement

VIDEO: Paludisme, le corps
Médecins Sans Frontières (MSF)

Le diagnostic et le traitement précoces du paludisme réduisent la morbidité et préviennent la mortalité palustre et ils contribuent aussi à réduire la transmission. L’OMS recommande que, chez tous les cas présumés, le paludisme soit confirmé par un diagnostic basé sur la recherche des plasmodies (par microscopie ou test diagnostique rapide).

Le paludisme est une infection grave qui nécessite toujours un traitement médicamenteux.

Plusieurs médicaments sont utilisés pour prévenir et traiter le paludisme. Les médecins en choisiront un ou plusieurs en fonction :

  • du type de paludisme ;
  • de la résistance du parasite à un médicament ;
  • du poids ou de l’âge de la personne infectée ;
  • du fait que la personne soit enceinte ou non.

Voici les médicaments les plus courants contre le paludisme :

  • Les combinaisons thérapeutiques à base d’artémisinine, comme l’artéméther-luméfantrine, sont généralement les médicaments les plus efficaces ;
  • La chloroquine est recommandée pour le traitement de l’infection par le parasite P. vivax uniquement dans les endroits où il est encore sensible à ce médicament ;
  • La primaquine doit être ajoutée au traitement principal pour prévenir les rechutes de l’infection par les parasites P. vivax et P. ovale.

La plupart des médicaments utilisés se présentent sous forme de pilules. Certaines personnes devront se rendre dans un centre de santé ou un hôpital pour obtenir des médicaments injectables.

Résistance aux antipaludiques

Au cours des dix dernières années, la résistance partielle à l’artémisinine est venue menacer les efforts mondiaux de lutte contre la maladie dans la sous-région du Grand Mékong. L’OMS est très préoccupée par les informations récentes faisant état d’une résistance partielle à l’artémisinine en Afrique, confirmée en Érythrée, au Rwanda et en Ouganda. Un suivi régulier de l’efficacité des antipaludiques est nécessaire pour orienter les politiques thérapeutiques dans les pays d’endémie et assurer une détection précoce de la résistance aux antipaludiques et une intervention rapide.

Pour davantage de précisions sur les travaux de l’OMS concernant la résistance aux antipaludiques dans la sous-région du Grand Mékong, consulter la page Web du Programme d’élimination du paludisme dans le Mékong (en anglais). L’OMS élabore également une stratégie de riposte face à la résistance aux antipaludiques en Afrique.

Élimination

VIDEO: Tout savoir sur le PALUDISME - MALARIA : Plasmodium, Cycle, Diagnostic, Traitement
LinExplain

L’élimination du paludisme est définie comme l’interruption de la transmission locale d’une espèce déterminée du parasite, dans une zone géographique définie, à la suite d’activités spécifiquement menées à cette intention. Les mesures doivent être poursuivies pour empêcher une reprise de la transmission.

En 2021, 35 pays ont signalé moins de 1000 cas autochtones, alors qu’ils n’étaient que 33 en 2020 et seulement 13 en 2000. Les pays ayant déclaré zéro cas autochtones pendant 3 années consécutives peuvent soumettre à l’OMS une demande de certification de l’élimination du paludisme. Depuis 2015, neuf pays ont été certifiés exempts de paludisme par le Directeur général de l’OMS, notamment les Maldives (2015), Sri Lanka (2016), le Kirghizistan (2016), le Paraguay (2018), l’Ouzbékistan (2018), l’Argentine (2019), l’Algérie (2019), la Chine (2021) et El Salvador (2021).

Pays et territoires certifiés exempts de paludisme par l’OMS

Surveillance

VIDEO: Malaria (Paludisme) : Symptômes et Traitements
EduKa Santé

La surveillance du paludisme est la collecte, l’analyse et l’interprétation continues et systématiques des données le concernant et leur utilisation dans la planification, la mise en œuvre et l’évaluation des pratiques de santé publique. L’amélioration de la surveillance des cas et des décès palustres aide les ministères de la santé à déterminer les zones ou les groupes les plus touchés et permet aux pays de suivre l’évolution épidémiologique. Des systèmes bien établis de surveillance du paludisme aident également les pays à mettre au point des interventions sanitaires efficaces et à évaluer l’impact de leur programme de lutte.

Action de l’OMS

VIDEO: Le paludisme
AFP

La Stratégie technique mondiale de lutte contre le paludisme 2016-2030 mise à jour en 2021, constitue un cadre technique pour tous les pays d’endémie. Elle est censée orienter et soutenir les programmes régionaux et nationaux qui s’efforcent de combattre et d’éliminer la maladie.

La Stratégie fixe des buts ambitieux, mais réalistes à l’échelle mondiale :

  • réduire d’au moins 90 % l’incidence du paludisme d’ici à 2030 ;
  • réduire d’au moins 90 % la mortalité palustre d’ici à 2030 ;
  • éliminer le paludisme dans 35 pays au moins d’ici à 2030 ;
  • empêcher une résurgence du paludisme dans tous les pays exempts.

Le Programme mondial de lutte contre le paludisme coordonne les activités menées par l’OMS au niveau mondial pour lutter contre le paludisme et l’éliminer. À cet égard :

  • il joue un rôle de premier plan dans la lutte contre le paludisme, en soutenant efficacement les États Membres et en ralliant les partenaires afin de parvenir à la couverture sanitaire universelle et d’atteindre les buts et les cibles de la Stratégie technique mondiale de lutte contre le paludisme ;
  • il oriente le programme de recherche et promeut la production de données probantes afin d’étayer les orientations mondiales concernant les nouveaux outils et les nouvelles stratégies permettant d’obtenir un impact ;
  • il élabore des orientations mondiales conformes à l’éthique et fondées sur des données probantes concernant le paludisme et les diffuse efficacement afin de favoriser leur adoption et leur mise en œuvre par les programmes nationaux de lutte contre le paludisme et d’autres parties prenantes concernées ; et
  • il surveille les tendances et les menaces mondiales en matière de paludisme et y réagit.

Sources


Article information

Author: Kim Wilson

Last Updated: 1703163242

Views: 962

Rating: 4 / 5 (69 voted)

Reviews: 81% of readers found this page helpful

Author information

Name: Kim Wilson

Birthday: 1989-10-21

Address: 36327 Gutierrez Estate Suite 778, Autumnland, OR 94870

Phone: +3510209952710353

Job: Police Officer

Hobby: Cocktail Mixing, Soccer, Photography, Chocolate Making, Camping, Survival Skills, Snowboarding

Introduction: My name is Kim Wilson, I am a bold, dear, transparent, treasured, honest, multicolored, tenacious person who loves writing and wants to share my knowledge and understanding with you.